Sylvain Deauré revient sur la construction de Cocon.se

Si Cocon.se est un outil connu de tous actuellement, il était avant tout le résultat des mois que Christian @Lemoussel et moi avons passé à échanger autour de notre passion, sans savoir ce que nous allions construire au final. C’est aussi le fruit d’une expérience commune poussée, appréciée et demandée par l’extérieur.

 

Cocon.se, une aventure peu banale

Cocon.se a démarré comme un petit défi, une intuition.
Avec Christian @LeMoussel, nous nous amusions depuis plusieurs mois avec des microcontrôleurs STM32.
En manipulant des protocoles USB pour les faire passer pour des claviers, on avait développé une ébauche d’interface graphique
adaptée à l’écran réduit et développé, à 80%, un système qui entre autres sert de gestionnaire de mots de passe sécurisé.

Si vous avez envie de découvrir un prototype, j’en apporte un à #queduweb, il sera visible sur notre stand, n’hésitez pas à venir nous voir !

Un timing parfait pour se lancer

Une première expérience de travail en commun donc ; sans aucune pression, sans volonté commerciale, juste le plaisir de bidouiller ensemble et de résoudre des problématiques techniques.
Là-dessus vient l’annonce du VLC de l’ami @RaphSeo.

Et si on proposait une conférence en commun ?
Justement, suite à une intuition de ma part, on commençait à envisager d’utiliser des visualisations de graphes pour rendre compte de la structure de sites web, et en détecter les problèmes.

Nous avons donc basculé sur du développement « proof of concept », avec une répartition du travail qui s’est faite naturellement selon les envies de chacun.
Christian se focalisait sur l’aspect « crawl », et moi sur l’aspect traitement de la data et visualisations.
Ici, on a commencé à avoir un peu de pression, car le temps filait et quelques jours avant la présentation, nous n’étions pas encore certains d’avoir des choses vraiment percutantes à montrer.
La présentation s’est finalement très bien passée : on avait fini à temps, l’intuition s’est révélée bonne, il y avait bien des choses à voir
et à déduire de la vue graphique qui représente la structure d’un site.

Le coeur de cocon.se était donc là, mais ça restait un outil de labo.
Des scripts à lancer à la main, des ajustements selon les sites, des versions qui évoluent rapidement…
Nous avons été poussés par le grand nombre de demandes de la sphère WEB, qui nous demandaient régulièrement des visualisations et analyses de leurs sites. La demande d’un outil en self-service grandissait de jour en jour alors que nous n’étions pas encore prêts.

Celui qui a le plus fait avancer les choses, c’est Laurent Bourrelly, qui a insisté et est allé jusqu’à fixer une dead line pour sortir le servir en SaaS. C’est cette dead line qui nous a boosté.
Cocon.Se en mode self-service a donc vu le jour, et c’est une expérience des plus enrichissantes.
Merci Laurent, ça existe tel que c’est aujourd’hui grâce à toi !

Avec cette étape nous sommes officiellement passés d’une intuition que nous avons voulu tester, à un produit commercial qui est devenu partie intégrante de mon activité pro.

Un exemple de visualisation de site web

Un accueil positif de la communauté

Le plus motivant encore aujourd’hui, c’est le retour des utilisateurs, et surtout des utilisateurs finaux : pas uniquement SEO, consultants ou agence.
Cela a été ma plus grande surprise.

En retour d’expérience, il y beaucoup à dire, et ça pourrait être l’occasion d’un billet ou d’une mini conférence.
A deux personnes, mais chacun à temps partiel, c’est presque un « one man show », et c’est une sacré gymnastique : on ne s’ennuie pas.
(je gère également, seul, les services xSpin et qualispin par exemple)

Parmi les découvertes que j’ai pu faire au fil du temps, il y a la difficulté de gérer les priorités quand tout reste à faire, le concept de MVP « Minimum Viable Product », et l’importance du support (et le temps que ça prend, mais qui paye sur le long terme).
Au niveau du développement, j’ai découvert qu’il y avait un gros boulot nécessaire pour tout ce qui est finalement « administratif » : gestion des utilisateurs, interface avec processeur de paiement, gestion de la tva (clients france, cee et hors cee), facturation automatique, système
de crédits et de support…
En nombre de lignes, il y a sans doute plus de code « administratif » que de code vraiment technique…
Ensuite il y a eu des aspects plus commerciaux à travailler : se positionner, définir le produit, les tarifs (sans références, il n’existe rien de similaire).
Et une fois que c’est « live », le stress et les contraintes pour ne surtout pas décevoir les clients.

Une expérience humaine haute en couleur

Globalement, c’est un projet qui a été très riche en découvertes et en surprises, et qui a aussi permis de belles rencontres.
D’abord entre « développeurs ». La collaboration avec @LeMoussel a été plus rapprochée, et Christian Méline nous a ensuite rejoint pour le volet « Metamots ».
Ensuite, avec les clients/utilisateurs (merci @philippeDonnart), des supporters (@jessyseonoob, @ledzep_56) et des « early adopteurs » comme @Doeurf ou
@ThomasCubel, et bien d’autres encore, désolé je ne cite pas tout le monde, mais je pense à vous !

Un cocon sémantique dopé aux metamots, ça peut donner ça…

En termes de visibilité et reconnaissance, ça a également eu un effet incroyable. Je suis désormais connu principalement comme « un des gars qui a fait cocon.se » : mon service est plus « célèbre » que moi, c’est rigolo !

Si vous voulez venir parler de Cocon.se avec nous, venez nous voir à #queduweb, on tiendra un stand et c’est avec plaisir qu’on échangera avec vous.

Et surtout, venez assister à ma conférence !

 

Lucie est en charge de la logistique et de l’organisation des évènements liés aux ix-labs (queduweb et iSWAG) et s'occupe de la communication (animation sur les réseaux sociaux et réalisation des supports visuels).Elle est aussi rédactrice freelance spécialisée dans le contenu optimisé SEO.